( 24 mars, 2012 )

Eclaire du passé

Éclaire du passé

-

Au détour d’un ravin une voie s’offre à nous

C’est parfois un chemin qui mène vers l’impasse

Ou bien un raccourci qu’il faut suivre debout

Dans l’espoir d’un sursis dont la fin nous dépasse

-

Le retour d’une main fait voler les tabous

De la peur de demain, angoisse de la masse

Qui retire à la vie la sève du redoux

Où s’annonce l’envie du regret qui trépasse

-

Se choisir un destin quand s’ouvrent les remous

Sans esprit de devin dont l’avenir se lasse

C’est relancer son cri à l’assaut de la boue

Qui recouvre de lie nos souvenirs fugaces

-

Talengar, poète à ses heures perdues

 

( 14 mars, 2012 )

Le ballet fantôme

Le Ballet fantôme

-

Dans le souffle du vent, il glisse loin de toi

D’un sourire charmant, il fait naitre l’émoi

Comme ce souvenir qui accroche l’éclat

D’un instant de désir d’une vie d’ici-bas

-

Dans la brise du temps se poursuit un combat

Pour un être vivant dont le cœur toujours bat

Histoire d’avenir qui nous ouvre la voie

D’un monde de désirs qui ont force de loi

-

Un pas de revenant qui chasse le plaisir

De devenir l’amant d’un as qui fait mourir

Car malgré le talent ça fait toujours souffrir

-

La marche des gagnants d’un degré fait fleurir

La tendresses de gens qui voudraient de ma foi

Dans l’union des sens qui agissent en moi

-

Talengar, poète à ses heures perdues

( 8 mars, 2012 )

Abracadabra…

Abracadabra…

-

Je voudrais en un mot souffler sur le monde

Transformer l’avenir en matin sans bombe

Traverser le terreau des idées fécondes

Être la vague qui renverse les tombes

-

Je voudrais en un mot enflammer les ondes

Et remplir d’un trait la vie de chaque combe

Renverser le métro, la  routine immonde

Pour sortir à jamais des catacombes

-

Je voudrais que chaque jour soit meilleur qu’hier

Pour aller de l’avant au présent des tiers

C’est la potence éphémère de ma raison

-

Qui voulait prendre les instants de la passion

Pour un requiem de grâce qui conquiert

L’auditoire en un mot qui veut crier: osons!

-

Talengar, poète à ses heures perdues

|