( 14 décembre, 2011 )

Avant d’aller mourir

Avant d’aller mourir

-

Combien de larme as-tu versé sur cette terre

Pour pleurer, jusqu’à irriguer l’âme de ta mère

C’est un champs de possible ouvert au renouveau

Qui puise dans ses rime la tristesse des eaux

-

Combien de sang as-tu versé pour tes idées

Dans la folie, dans la guerre et même dans l’écrit

Par cette encre que tu as voulu joué au dé

Pour nous faire entendre ton éphémère cri

-

Combien d’espoir as-tu versé sur notre monde

Sur le blanc, sur le noir et même sur l’immonde

Dans le souffle illusoire de ton innocence

Qui attise les braises d’un foyer sans sens

-

Talengar, poète à ses heures perdues

Pas de commentaires à “ Avant d’aller mourir ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|