• Accueil
  • > Archives pour septembre 2011
( 25 septembre, 2011 )

Je baille, ô Corneille

Je baille, ô Corneille

 

Oh rage, oh désespoir,oh sommeil ennemi

N’ai-je donc tant vécu que pour cette insomnie

Et ne suis-je blanchi au gré de cette nuit

Que pour voir au grand jour un soleil maudit

 

Tes bras qu’avec respect toutes les dames admirent

Tes bras qui tant de fois ont accueilli mes ires

Tant de fois endormi les cauchemars d’ici-bas

Trahi donc mes rêves et ne fait rien pour ça

 

Oh cruel souvenir de mes heures passées

Oeuvre de tant d’amour en un jour oublié

Nouvelles aspérités létales pour mes peurs

 

Quitte l’austérité de mes pâles douleurs

Pour naitre de l’abime où vivent mes erreurs

Celles qui de leurs dîmes taxent cette nuité

 

Talengar, poète à ses heures perdues

( 18 septembre, 2011 )

Complainte perdue

 Complainte perdue

 

Naviguer sans un cri sous l’arche des soupirs

 

Ainsi va la brindille au devant de Némo

Une belle coquille qui vogue sur les mots

D’une vague à l’autre, l’âme refait son nid

Comme un simple cotre dans les crêtes de vies

 

Ainsi va la brindille au devant de Némo

Une belle coquille qui vogue sur les mots

Pour donner aux non-dits ses lettres de noblesses

Celles qui à l’envie offrent de la tristesse

 

Ainsi va la brindille au devant de Némo

Une belle coquille qui vogue sur les mots

Visage anonyme de celui qui écrit

Donne un synonyme pour révéler le phi

 

Et revenir au lit par le pont des Sabirs

 

Talengar, poète à ses heures perdues

|