( 6 septembre, 2010 )

Duo versifié

Duo versifié

 

Bâton de pensée qui frappe sur ma tête

Retrouve la cadence de ma vie, poète

Oublie de mes effort toutes aspérités

Pour sublimer la moelle des mots énoncés

 

Fouet de l’intellect qui pousse les idées

Découvre la souffrance de morosité

Celle qui nait dans la prison de nos fêtes

Quand un sourire devient bouches muettes

 

Douleur de création annonce de beauté

Grise ce doux tableau finement ombragé

Cette image se peint avec le sang versé

 

Révèle l’alchimie de l’être poétisé

Qui offre de sa vie, un geste sacrifié

Pour que s’impriment sa verve déracinée

 

Talengar, poète à ses heures perdues

4 Commentaires à “ Duo versifié ” »

  1. autresrimes dit :

    bonjour talengar
    un coucou poètique
    toujours un plaisir de passer te lire par ici
    A+ du troubadour Emmanuel

  2. talengar dit :

    Merci de laisser tes pas t’emporter jusqu’ici.

    Amicalement

    Tal

  3. koalangie dit :

    Bonsoir Talengar,

    Je me promène entre tes poèmes et je me pose sur celui-ci. L’être poétisé et le poète, l’oeuvre et le créateur…un lien intime les unis.

    « Grise ce doux tableau finement ombragé », même si à ma lecture, je perçois peut-être mon propre sens de tes écrits – car justement à mon sens un lecteur ne peut comprendre totalement ce lien qui unit le poète à son oeuvre – j’aime tes vers, dont certains arrivent vraiment à toucher une corde sensible de mon être. Ils résonnent en moi. C’est toujours un agréable plaisir de te lire.

    Amicalement,
    Angie

    Dernière publication sur Angie : Des années ont passé

  4. talengar dit :

    Bonsoir Angie,

    J’espère bien que tu as ta propre interprétation de mes vers, je te souhaite d’avoir des échos qui te sont propres car je n’aimerai pas avoir affaire à un autre « moi »!
    Je suis heureux de toucher ta sensibilité par contre, heureux que mes mots se fassent un chemin en toi pour résonner…
    Bonne lecture, reviens vite.

    Amicalement
    Tal

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|