( 23 juillet, 2010 )

Source sèche

Source sèche

 

Venu du fond de l’être un sens s’épanouie

Comme fleur dans la peau qui voudrait dire, oui

Les racines baignées d’une essence qui jouit

Ses pétales s’harmonisent au-delà de l’ouie

 

Profondeur humaine qui irrigue l’âme

Miroir insondable qui cache mes larmes

Les yeux sont le reflet de notre seule arme

Celle qui jaillit lorsque sonne l’alarme

 

Ouvert par la douleur, graine de sagesse

Puise dans mon coeur des regains de tendresse

Et inonde de mes maux cette jeunesse

 

Forteresse vide, chrysalide d’acier

La vie intérieure résonne hors du guêpier

Que le corps peut-être quand demain est envié

 

Talengar, poète à ses heures perdues

 

 

 

6 Commentaires à “ Source sèche ” »

  1. jazz dit :

    bonjour Talengar
    un coucou musical en passant
    Holie loren à découvrir sur jazz;

    joli poème, A+ d’Emmanuel

  2. talengar dit :

    Bonsoir Jazz,

    Je passe de ce pas distraire mes oreilles sur tes recommandations.

    Tal

  3. koalangie dit :

    C’est étonnant que ton poème s’intitule « Source sèche » parce qu’en lisant ton poème, j’ai vu apparaître un jardin fleuri dans les profondeurs de l’âme où l’on viendrait pour trouver la sagesse…un jardin vital.
    « Profondeur humaine qui irrigue l’âme »: comment le surmonter si celle-ci se retrouve assécher?
    « chrysalide d’acier » deviendras-tu papillon?

    Dernière publication sur Angie : Des années ont passé

  4. talengar dit :

    J’aime beaucoup quand tu soulèves une contradiction qui donne tout un sens à ce poème.

    Le titre « Source sèche » n’est pas anodin comme tu as pu le voir car j’utilise bon nombre de mot du champs lexical de l’eau (essentiellement des verbes si tu relis bien) ce qui permet d’avoir cette mise en mouvement fluide et nous offre la possibilité d’apercevoir un jardin.
    Cependant, la sécheresse de la source vient du fait que justement, je ne parle pas d’eau! Je parle de sentiments, de sensations, de perceptions, mais l’élément aquatique est absent de mes vers.
    Conjugué deux mots opposé que sont « source » et « sèche » me permet d’ouvrir une piste de compréhension de l’être sur le fait que le vital n’est pas seulement l’eau mais aussi (et surtout) nos sentiments produit au quotidien, ce sont nos sensations qui nous font vivre, nos pensées qui nous laisse exister!

    Merci de t’ouvrir à mes mots.
    Bonne soirée.
    Amicalement

    Tal

  5. koalangie dit :

    Merci de prendre le temps de répondre ^_^ et surtout merci pour cette réponse qui montre à quel point ta sensibilité est grande. Je suis contente de voir qu’il existe encore des personnes comme toi, qui prennent le temps d’observer, de ressentir, de partager des sentiments.

    Dernière publication sur Angie : Des années ont passé

  6. talengar dit :

    J’existe et je le déclame ^^.
    Je suis content aussi de pouvoir m’expliquer sur les divers sensibilités que je sème au grée de mes vers. C’est un réel plaisir de pouvoir partager sa sensible vision.

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|