( 6 février, 2010 )

Vision douloureuse

Vision douloureuse

 

Beauté du geste qui vient de la plume

Etale l’art sur une feuille vierge

Narre la vie que chacun de tes sens hument

Oublie donc ce monde à l’odeur de cierge

 

Inutile coquille qui se consume

Terrible feu qui ravage nos berges

Pensées sans futur de ces idées qui fument

Volent vers l’encre de ce monde vierge

 

Naissance douloureuse d’un nouveau regard

Aperçoit dans la brume ce fameux phare

Qui illumine nos pensées et nos actes

 

Je suis devant toi sans parole et sans tact

Innocence humaine qui donne son dard

Pour devenir à travers moi le vrai Pacte

 

Talengar, poète à ses heures perdues

 

Pas de commentaires à “ Vision douloureuse ” »

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|